07:28:19 dimanche, 17 novembre 2019

Bien qu’elle demeure sous l’autorité espagnole, la Grande Canarie dispose de son propre gouvernement et d’un statut spécial au sein de la Communauté européenne. Le roi Juan Carlos Ier et la reine Sofia représentent la monarchie espagnole ; leur fils, le prince Felipe, est l'héritier du trône.

Avant que les Canaries ne soient déclarées province unique d’Espagne en 1821, la compétition pour la primauté entre les deux principales îles (Ténérife et la Grande Canarie) a longtemps été intense.

Dans la nouvelle Constitution espagnole de 1978, les Canaries ont reçu le statut de région autonome. En pratique, cela signifiait que l’archipel n’était pas totalement indépendant de l’Espagne, mais que le gouvernement régional bénéficiait d’une grande liberté concernant la gestion des affaires internes à l’île.

En 1982, les Canaries ont finalement vu leur rêve d’autonomie se réaliser. Santa Cruz de Tenerife (pour les îles ouest) et Las Palmas (pour les îles est) dirigent conjointement le gouvernement. Las Palmas possède la moitié des départements du gouvernement régional, et le Parlement et son gouverneur sont élus par le peuple des Canaries et nommés par Madrid. Le Parlement comprend 60 membres et se réunit à Santa Cruz de Tenerife.

La Grande Canarie, en tant que troisième plus grande île, possède 15 membres au Parlement des Canaries, une institution qui, en plus de son rôle législatif, définit les budgets de l’île et nomme des représentants pour présenter les affaires des Canaries auprès des organismes concernés sur le continent.

Chacune des îles des Canaries dispose d’un cabildo insular (hôtel de ville), qui lui permet de s’autogérer dans une certaine mesure et d’assurer le contrôle des services locaux. Les îles sont divisées en 77 municipios (municipalités), dont 21 se trouvent en Grande Canarie. Un alcade (maire) dirige chacune de ces municipios.

Environnement
Le Peuple
Ville de Las Palmas